Liste d’anonymizers et autres pour se garantir de l’espionnage mafio-policier de notre dictature financiaro-racialiste, suivi d’une texte expliquant l’espionnage en cours d’organisation, entre autres, dans les cybercafés.

 

 

Ce qui se passe dans les cybercafé :

 

 

Source ZDnet.fr
http://news.zdnet.fr/story/0,,t119-s2111471,00.html

Logs et contacts des services internet (dont email, web, FTP, chat), numéros de téléphone fixe (dont fax), de services mobile ou satellite (dont SMS, traces de géolocalisation). La liste des logs dressée par Europol dans son intégralité.

La surveillance générale et exploratoire de nos traces de communications électroniques est en marche, mais de quoi parle-t-on? ZDNet France a compilé les derniers documents issus de groupes d'experts du G8 et de l'Union européenne sur la question. Ce sont toutes les données techniques qui servent à identifier le moindre de nos échanges sur tout type de réseau, véritables profils intimes de notre correspondance privée. Les autorités réclament de les conserver à des fins préventives. La liste définitive relève de la législation nationale. Ainsi, en France, cela dépend des décrets portant sur l'article 29 de la LSQ, Loi sécurité quotidienne du 15 novembre 2001.

Les points de 1 à 6 (spécifiques au protocole internet) sont issus d'une liste publiée officiellement (lire ici) par un comité d'experts du Groupe des 8 pays les plus industrialisés (G8), le 15 mai 2002.

Une liste plus détaillée, qui émane de la réunion qui s'est tenue le 11 avril à La Haye, siège de l'office européen de coopération policière (Europol), complète le listing du G8 (points 7 à 10). Ce document est révélé par le parti radical italien (lire ici l'original en version PDF), comme nous le rappelons aujourd'hui dans un autre article.

[Document G8]

1. Système d'accès au réseau (SAR)

- Journaux d'accès particuliers aux serveurs d'authentification et d'autorisation comme TACAS+ ou RADIUS (Remote Authentification Dial-in User Service) utilisés pour contrôler l'accès aux routeurs IP ou aux serveurs d'accès au réseau.
- date et heure de connexion du client au serveur
- ID utilisateur
- adresse IP assignée
- adresse IP du SAR
- nombre d'octets transmis et reçus
- identification de la ligne appelante (ILA).

2. Serveur de courriel

- Journal SMTP (protocole de transfert de courrier simple)
- date et heure de connexion du client au serveur
- adresse IP de l'ordinateur d'envoi
- message-ID (msgid)
- expéditeur (login@domain)
- destinataire (login@domain)
- indicateur de situation
- journal du POP (Post Office Protocol) ou du IMAP (Protocole d'accès message Internet)
- date et heure de connexion du client au serveur
- adresse IP du client connecté au serveur
- ID utilisateur
- dans certains cas, renseignements sur le courriel récupéré.

3. Serveurs de téléchargement en amont et en aval

- Journal FTP (protocole de transfert de fichier)
- date et heure de connexion du client au serveur
- adresse IP de la source
- ID utilisateur
- chemin et nom de fichier des données téléchargées vers l'amont ou l'aval.

4. Serveurs web

- Journal HTTP (protocole de transfert hypertexte)
- date et heure de connexion du client au serveur
- adresse IP de la source
- transaction (c'est-à-dire commande GET)
- chemin de la transaction (pour récupérer la page html ou l'image)
- dernière page visitée
- codes de réponse.

5. Réseau USENET

- Journal NNTP (Network News Transfer Protocol)
- date et heure de connexion du client au serveur
- ID du processus (nnrpd[NNN...N])
- nom d'hôte (nom du serveur de nom de domaine (DNS) de l'adresse dynamique IP assignée)
- activité de base du client (sans contenu)
- message-ID du message livré.

6. Service de bavardage internet

- Journal IRC
- date et heure de connexion du client au serveur
- durée de la séance
- surnom utilisé pendant la connexion IRC
- nom d'hôte ou adresse IP, ou les deux.

[Document Europol - réunion du 11 avril 2002]

7. Données devant être conservées par les compagnies de télépho